AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quiproquo et traître [PV Delm]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pearl
Ofoyiss
Ofoyiss
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 10/12/2011

Caractéristiques
RANG:
5/20  (5/20)
Or : 700

MessageSujet: Quiproquo et traître [PV Delm]   Ven 27 Jan - 2:27

Ville sécurisée nuit et jour, revient à dire ville aux secrets bien gardé. Et oui, si l'on protéger un lieu autant que cette ville dénommée Lyonna, c'est sûrement parce qu'on l'y cache quelque chose ou que l'on veut protéger un grand trésor. Certain disent que ce trésor c'est l'humanité donc que les gardes sont là pour les protéger, d'autre disent qu'ici l'activité des Asparas est très grande et permet donc à ceux ci d'avoir un lieu loin des regards indiscrets pour comploter, loin des loups affamés...

Lyonna était d’ailleurs les deux à la fois ; en son centre ce trouve l'endroit où les Asparas décident de tout, des patrouilles circulent tout le temps... Mais ce n'était pas le pire qui amenait à penser à de l'obsession ; non ce qui devenait vraiment invivable c'était le faite qu'il y avait même des caméras dans les rues, et le contrôle à l'entrée de la ville qui est de haute sécurité. Bref, toutes personnes légèrement suspecte ne restent pas longtemps inaperçu et rarement en vie. Pourtant Pearl était bien là. Cette femme d'une vingtaine d'année avec une beauté à rendre jalouse même un âge. Ces cheveux argentées et un peu ondulées en pointes tombée en cascade de couleur lune sur ses épaules. Ces yeux rouges opaques comme des perles de coquillage ne dégageant aucuns sentiments, ce baladaient tranquillement devant elle. La muette était habillée en civil ; robe bustier dans les couleurs rouge pâle avec deux trois rubans noirs avec des chaussures en cuire noir qui montaient jusqu'à mi mollets. C'était sur qu'en la voyant jamais on aurait dit que c'était une louve d'Ofoyiss en pleine mission.

La ravissante demoiselle avait donc son katana sur elle. Et pour tous vous dire ce n'avait pas était une tâche aisée. En faite depuis ces débuts dans le clan, elle avait travaillé en couverture ; une espionne hors pair. Personne ne l'avait encore soupçonné d'être une louve tueuse à gage. C'était pendant une journée où les gardes étaient trop occupés à sécuriser un lieu où des hauts rangs d'Asparas ce réunissaient, Pearl avait cacher son arme sous une cape qu'elle portait et qui dissimuler son dos où l'arme blanche y était accrochée. En arrivant à la porte de la ville, les gardes qui y surveillaient l'entrée connaissaient bien cette demoiselle serveuse dans une auberge et qui était muette, alors il l'a laissèrent passé sans la fouiller et en lui adressant un sourire charmeurs. Et oui être aussi proche de la perfection physiquement peut amener des avantages, mais des inconvénients aussi qui avaient bouleversés la vie de la jeune femme. Une fois dans l'enceinte de la ville, Pearl alla dans un lieu ; à l'écart des regards, de la population... C'était après un cheminement de ruelles assez complexe, elle se trouva dans un cul de sac à peine plus large qu'une porte et pas plus profond que de quelques mètres. Dans cet étroit endroit, il faisait toujours noir, la jeune femme avait alors placer un papier noir devant la caméra qui était au fond en tout discrétion. Ensuite elle avait caché son katana. Depuis quand elle doit effectué des missions à Lyonna elle peut y entrer facilement et récupérer son katana pour assassine x personne et le remettre à sa place comme si rien n'était.

Aujourd'hui, la demoiselle aux yeux rouge perle, se promenait en ville, le soleil était présent mais cacher de temps en temps par des nuages tirant plus vers le gris que le blanc, de toute façon la nuit arrivait en amenant avec elle l'heure du couvre feu. En ville, des gardes circulaient ainsi que la population paisible. La jeune marchait dans un pas gracieux presque dansant. Tout en elle était normal et charmant ; même si elle ne sourirait pas et qu'aucunes expressions ne se dégageaient d'elle, ce côté mystique ne faisait qu'accentuer sa beauté hors norme. La jeune femme était là depuis quelques jours pour ne pas éveiller les soupçons, car si elle venait le même jour où il aurait un assassina ça allait griller facilement sa couverture. Oui, Pearl était en mission de tuer une personne... Cette personne était une vrai crapule, un traître ! C'était un homme qui atteignait bientôt la quarantaine, assez bien battit au niveau musculaire, il avait un physique banal... Cet homme avait décidé de quitter les Ofoyiss en emportant avec lui un savoir sur son ancien groupe trop conséquents pour le laisser en vie, surtout que d'après des informateurs, il allait ce rallier aux Asparas vendant les données sur les loups. Pearl avait été envoyé pour l'assassiner et lui faire comprendre que l'on ne trahit jamais les Ofoyiss, et bien entendu la jeune femme ne refusa pas du tout bien au contraire ; pour elle c'était un acte abominable et incompréhensible de trahir !

Pearl avait réussi à le voir avant qu'il ne rendre en ville. Je ne vous décris pas que c'était la nuit dans un coin isolé de tout où elle le fit souffrir ; transperçant, arrangeant la chair de cet être. Étant muette elle ne pouvait pas lui dire que c'était pour lui faire entrée dans sa tête qu'il ne faut jamais trahir, mais l'homme qui souffrait terriblement avait sûrement comprit. Or avant qu'elle n'ai pu le tuer, un paysan c'était approchait, torche à la main du lieu. Pearl put s'enfuir avant d'être vu, laissant le corps blessé gravement du traître. Le bon paysan lui alla aider cet homme. Qui se reposa le reste de la nuit dans sa ferme, mais il savait qu'il allait mourir et voulait donner avant le plus d'information aux Asparas, alors cachant ces blessures sous une longue cape il parti à l'aube en direction de Lyonna, une chose que ni Pearl ni lui ne sut c'était que le paysan prévenu quelqu'un qu'une personne allant à Lyonna était gravement blessée et avant besoin de soin d'urgence. Pearl sachant pertinemment qu'il allait vers cette ville s'y était rendu avant lui, l'attendant.

Il était arrivée ce soir, Pearl l'avait vu. Heureusement qu'elle savait qu'il cachait ces blessures pour ne pas être trop remarqué, il avait d'après ce qu'elle avait pu lui soustraire, rendez-vous le lendemain avec un haut rang d'Asparas. Aillant une vue infaillible et un odorat développé, elle sentit l'odeur du sang de sa victime. Elle était donc parmi la foule qui se dissiper petit à petit, car le couvre feu allait pas tarder... Pearl vit au loin rentrer dans une auberge. La jeune femme alla dans un bar à quelques pas et s'installa près d'une fenêtre ne quittant pas le lieu des yeux. Elle attendit, mais le serveur arriva et lui demanda ce qu'elle voulait, puis frappé par la beauté de la demoiselle du même âge un peu près, il commença à avoir s'engager dans un discourt interminable. La jeune femme poli ne le quitta pas des yeux pendant ce quart-d'heure. Une fois qu'il se rendit compte que Pearl était muette et ne voulait rien, il parti avec une mine déçue. Quant à la louve, elle reporta son intention sur l'autre côté de la ville. Mais après quelques minutes elle se rendit compte que l'odeur de sang n'était plus aussi forte qu'avant. Le traître était parti ; Pearl se leva doucement et sorti du bar.

L'air de dehors était frai ; des blessures aussi fraîches et bien ouvertes qu'elle avait affligé à son ennemi devaient ne pas supporter ce froid arrachant sûrement des grimaces de souffrance à celui-ci. La jeune femme avant de se lancer à une course poursuite, alla chercher son arme dans le cul de sac caché. Pearl ne croisa par chance personne. Une fois son katana attacher au dos, elle cacha celui-ci en enfilant une cape noir sur ses épaules. La jeune femme savait que ça allait pas être de la tarte de le trouver sans se faire chopper par les gardes de nuit. Le couvre feu avait déjà commencé depuis plusieurs minutes. Marchant en rasant presque les murs, elle suivit son odorat... La muette arriva à un carrefour et s'arrêta net devant, une patrouille y était. La femme aux cheveux couleur lune, mis sa capuche de sa cape noir sur la tête dissimulant celle-ci. Elle attendit que la patrouille partent dans une direction... Ce fut le cas, après quelques minutes. Pearl traversa ensuite le carrefour à petit pas de course. Ce soir du sang coulera de nouveau mais une vie disparaîtra avec ! Tap tap tap.. Des bruits de pas s'approchèrent de l'assassine, elle regarda autour d'elle pour voir une petite impasse où elle pourra s'y mettre le temps que la ou les personnes qui arrivèrent ne puisse la voir. Forte heureusement que la belle demoiselle avait mis des habilles foncés la rendant presque invisibles aux yeux de gens innocents.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Delm
émo encapuchonné
émo encapuchonné
avatar

Messages : 251
Date d'inscription : 01/12/2010
Age : 26

Caractéristiques
RANG:
8/20  (8/20)
Or : 17500

MessageSujet: Re: Quiproquo et traître [PV Delm]   Ven 3 Fév - 13:43


Spoiler:
 

Quoi de mieux qu'une petite ballade sur les routes de campagne pour se remettre les idées en place ? Le printemps faisait son apparition un peu partout, et malgré un temps très frais dans l'ensemble, la saison était fort agréable pour une promenade. Une pluie légère venait arroser les champs labourés qui n'attendaient que les premières lueurs de soleil pour être préparés et ensemencés, quelques oiseaux piaillaient en se disputant un ver malchanceux, avant de s'éclipser en un bel ensemble pour échapper aux gouttelettes ruisselant sur leurs plumages soyeux. Un jeune lapin risqua son museau rose sur le petit chemin de terre. L'animal renifla quelques instants l'air chargé d'humidité et de pollen, avant de déposer une petite patte blanche sur la branchette qui traînait devant lui. C'est à ce moment là que quelque chose l'agrippa par la peau du cou, avec une rapidité et une force impressionnantes. Qu'est-ce que c'était que ça ? Il n'avait rien vu venir ! Toutes ses interrogations cessèrent instantanément lorsque quelque chose s'enfonça délicatement dans la peau tendre de son ventre, rencontrant et perçant son coeur. L'organe émit un seul battement supplémentaire, puis cessa toute activité, laissant le corps de l'animal se refroidir rapidement à l'air frais qu'il avait humé quelques secondes plus tôt.

Delm retira sa dague du corps du lapin, puis observa d'un oeil satisfait son trophée de chasse. Un superbe lapin qui ferait un excellent casse-croûte ! En plus il avait l'air jeune, et si Delm n'était pas un expert en chasse puisqu'il ne s'essayait à cet art que depuis peu, il pouvait tout de même en déduire que la chair n'en serait que plus tendre et savoureuse. L'ange nettoya méthodiquement sa dague, juste assez grande pour ouvrir une enveloppe certes, mais la moindre arme quelle qu'elle soit lui donnait des sueurs froides. Il n'y pouvait rien, c'était comme ça. Cependant, comme il se refusait de donner la mort grâce à son don angélique, que ce soit vis-à-vis d'un homme ou de n'importe quel animal, il fallait bien trouver une alternative afin d'avoir autre chose à se mettre sous la dent que des racines séchées lors de ses escapades campagnardes... D'autant plus que la dague en question était tout aussi efficace pour dépecer un lapin dans la fleur de l'âge que pour peler les racines mentionnées plus haut... A l'aide de quelques feuilles de châtaigner arrachées à un arbre au-dessus de lui, Delm essuya le sang de l'animal sur sa lame, et la remisa soigneusement dans un petit étui pendu aux côtés de ses nombreuses bourses de cuir contenant un nombre incalculable d'herbes médicinales ordonnées selon une logique connue de lui seul. Il accrocha le lapin à sa large ceinture noire, et se remit en route d'un pas guilleret sur le chemin voilé d'une brume de petites gouttelettes de pluie fine. Il n'était plus très loin de Lyonna à présent...

La véritable raison de sa présence en ces lieux n'était pas la recherche de la paix intérieure en se baladant dans les champs... Non, s'il était là c'était pour tenter d'approcher des êtres d'une puissance inimaginable. Les anges guérisseurs de la grande cité, Lyonna La Magnifique, quartier général d'Asparas et donc siège d'une des plus grandes organisations militaires de Tyrian, étaient un mystère tout autant pour Delm que pour ses supérieurs au sein des white shadows. Lorsque le jeune ange avait demandé une autorisation à son supérieur direct pour tenter d'approcher ces maîtres, il avait décidé de lui laisser tenter sa chance. Il était vrai qu'il était très peu probable qu'il parvienne ne serait-ce qu'à approcher un de ces guérisseurs de légende, et encore moins à lui parler et le convaincre de partager son savoir avec lui, d'autant plus que les rares fois où il avait eu l'occasion de rencontrer un ange, ce dernier l'avait pris de haut et l'avait considéré comme un être indigne de recevoir l'enseignement divin... Mais il fallait être optimiste ! Le problème de Delm était peut-être qu'il l'était parfois un peu trop... Toujours est-il qu'il essaierait. On a rien sans rien disait le proverbe, et Delm était prêt à donner de sa personne pour arriver au bout de cette quête un peu singulière. Avisant la lumière déclinante qui indiquait que la nuit allait bientôt tomber, l'ange sortit de ses pensées et commença à chercher du regard un lieu pour vider et faire cuire sa proie.

Il marcha quelques minutes de plus sous la pluie fine qui avait fini par imbiber sa capuche noire et la rendre aussi lourde qu'un casque sur sa chevelure angélique, avant d'apercevoir une maison un peu plus loin devant lui. Hésitant un instant, il décida d'aller toquer à la porte et de demander l'hospitalité en échange de son lapin. Généralement, c'étaient ceux qui avaient le moins qui donnaient le plus, et Delm était bien moins inquiet à l'idée de demander le gîte à un paysan que s'il avait eu à le faire avec un noble seigneur. C'est donc d'un pas plutôt assuré qu'il se dirigea vers la masure au toit bien éprouvé par les intempéries. On devinait qu'il n'avait jamais été refait complètement, et que les réparations qui y avaient été apportées au fil des ans n'étaient que sommaires et caractérisaient ce fabuleux concept du « provisoire qui dure ». Cette notion très simple consistait à déposer une plaque sur une fente « en attendant d'avoir des tuiles cet été », puis, une fois l'été arrivé, les pluies absentes et la plaque tenant finalement pas si mal que ça, ceci ajouté au prix exorbitant des tuiles, « on laisse comme ça et on verra bien ». Delm réprima un petit sourire à cette pensée, puis leva son bras pour frapper à la porte en bois sous laquelle filtrait de la lumière témoignant de la présence de quelqu'un à l'intérieur. C'est à ce moment là qu'il la sentit.

L'ange était capable de repérer et ressentir un lieu de massacre, un lieu dans lequel du sang humain avait coulé en abondance, un lieu où la souffrance avait été au rendez-vous. Cette sensation le prenait à la gorge comme une terrible odeur de souffre, elle éclipsait toutes ses autres pensées et gravait une seule idée en son âme : secourir d'éventuels survivants. Et en ce moment, c'était le cas. Il sentait l'odeur du sang comme si une fontaine de liquide vital coulait à moins de dix pas de lui, comme si des innocents étaient entrain de mourir devant ses yeux. Une chose terrible s'était produite ici, et c'était très récent. Cette capacité angélique se limitait en effet aux actes sur lesquels le temps n'avait pas encore exercé son ouvrage ; un crime datant d'une semaine était impossible à repérer pour Delm. Ce qui signifiait que la scène avait eu lieu il y avait moins de deux jours. Peut-être même la veille. Etait-il possible qu'il y ait eu un survivant ? Si tel était le cas, Delm se devait de le retrouver et de l'aider de son mieux. Il rabattit son bras avec plus de force qu'il ne l'aurait voulu, ébranlant la porte en bois en la faisant trembler dans ses gonds. Après quelques secondes d'attente interminable, un homme ouvrit craintivement la porte, cachant maladroitement une arme dans sa main droite. Il s'attendait certainement à tout sauf à ça. Devant ses yeux médusés apparurent un lapin.

Delm maintenait fermement le cadavre de l'animal à hauteur des yeux du paysan, et lui parla d'une voix un rien distante :

« Prends ce présent, humain, il te nourrira et te donnera force et courage !
_Euh... Merci ouais, mais j'ai de quoi manger hein...
_Je cherche un rescapé du massacre !
_Un resc... De quoi ?
_Du sang a coulé récemment par ici. Y a-t-il eu des survivants ?
_Ben j'ai recueilli un gars blessé hier mais...
_C'est cela ! Excellent ! Où pourrais-je le rencontrer ?
_Euh il est parti vers Lyonna mais qu'est-ce que...
_Parfait ! J'y vais ! »

L'ange plaqua le lapin contre la poitrine de l'homme, qui attrapa instinctivement la bête. Lorsqu'il releva les yeux, l'ange n'était plus là.

La faim de Delm s'était envolée. Sa fatigue n'était plus qu'un lointain souvenir. Quelqu'un avait besoin de son aide, et rien n'était plus important que ça... Ses ailes ne lui permettaient pas encore de s'envoler, mais elles rendaient plus léger chacun de ses pas par leurs amples battements, ce qui lui permit d'atteindre la grande ville en un temps record. Bien sûr, c'était déjà le couvre-feu, et les gardes qui patrouillaient devant les immenses portes fermées et cadenassées ne seraient certainement pas d'humeur à le laisser passer « parce-que je dois trouver un blessé dedans ». Il procéda donc comme d'habitude... Levant une main qui libéra une douce et froide magie s'éparpillant comme un nuage de poussière, il endormit les deux gardes les plus proches, en prenant soin de les adosser délicatement contre la muraille qu'ils protégeaient pour ne pas que les bruits de chute alertent leurs camarades. Au moment où les deux hommes se réveillèrent, avec un mal de tête notoire et l'impression d'avoir fait un micro-sommeil, l'ange était déjà à l'intérieur. Mais dans une cité aussi grande, comment faire pour repérer un homme blessé, probablement dans une habitation à l'heure qu'il était ? Delm commençait à percevoir la bêtise dont il avait fait preuve en fonçant tête baissée sans réfléchir.

Il arpenta les rues désertes de Lyonna pendant une bonne heure, se fondant dans les recoins sombres dès que les pas caractéristiques d'une patrouille résonnaient. Mais alors qu'il désespérerait trouver quoi que ce soit avant le matin, un bruit singulier attira son attention. Un bruit de pas. Une patrouille ? Non, les pas appartenaient à un être seul, et à en croire leur légèreté, ça n'était pas quelqu'un qui désirait qu'on le repère... Souriant de sa bonne fortune, l'ange s'avança prudemment vers la source du bruit, qui s'arrêta soudain. Delm chercha dans quelques ruelles environnantes, mais ne repéra rien ni personne susceptible d'attirer son attention. Soupirant, il s'assit sur une volée de marches devant une maison, et se prépara à lancer une détection magique grâce à ses pouvoirs angéliques. Si quelqu'un marchait dans ces rues avec lui, il le saurait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neigedargent.forum-pro.fr
Pearl
Ofoyiss
Ofoyiss
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 10/12/2011

Caractéristiques
RANG:
5/20  (5/20)
Or : 700

MessageSujet: Re: Quiproquo et traître [PV Delm]   Sam 4 Fév - 2:24

Spoiler:
 

La ravissante demoiselle assassine était donc dans une petite impasse à attendre, aussi silencieuse que sa voix qui n'a jamais produit aucuns sons. Sa cachette était certes pas mal, mais elle ne pouvait pas rester des heures ici à attendre, car elle était en chasse : Pearl ne pouvait pas laisser fuir sa proie. C'était ici qu'elle vu apparaître cet ange aux petites ailes marchait cherchant semblait-il quelque chose ou quelqu'un. La jeune louve d'Ofoyiss se demandait bien ce qu'un ange faisait là en pleine nuit. Bon de tout façon ce n'était pas le but de Pearl, alors elle décida de le laissait passer et ensuite repartir pour trouver et tuer ce traître !

La jeune femme en robe rouge foncée recouverte d'une cape noir observa donc l'ange qui était là dans la rue à quelques mètres d'elle. La ravissante muette se demandait bien pourquoi elle n'avait pas senti auparavant l'aura angélique de cet être. Un ange n'a pas un aura ordinaire bien au contraire ; sa magie et sa pureté sans égal ne passent pas inaperçues sauf pour des personnes tels des habitants ordinaires. Pearl su que c'était sûrement parce qu'elle était trop concentrée sur sa proie qu'elle n'avait pas fait attention à cet ange encapuchonné. Il était lui aussi bien silencieux, cette nuit aucuns bruits perceptibles ne pourraient réveiller un habitant, et pourtant trois êtres apparentaient les rues, chacun un but différent en tête : s’abriter, chasser, et soigner. Lequel ou lesquels allaient réussir ? Tel sera le dilemme...

La muette aux yeux rouge opaque pesta à l'intérieur d'elle même ; non ce n'était pas possible ! La chance l'avait quittait semblait-il : l'ange s'était assis sur des marches devant une maison et attendait. Pearl ne pouvait elle par contre pas attendre. L'odeur du traître s'éloignait de plus en plus. Elle devait absolument sortir de là, mais si elle le faisait, l'ange la verrait directement. La tueuse avait un caractère patient et bien réfléchit ; jamais elle n'effectuait d'acte avant d'avoir réfléchit aux conséquences. Avec son regard de perle, la jeune femme fixa cet être pur toujours tapit dans l'ombre. Elle ne voyait pas d'arme apparente. Est-ce qu'il cherchait Pearl ? Non se disait-elle après réflexion ; car personne n'était au courant de sa mission à par son chef, mais peut-être que le traître au bord de la mort avait pu appeler des secours ? Si c'était le cas, la jeune femme connaissait un peu la personnalité de sa proie savait qu'il aurait demander l'aide d'hommes aussi rebustres et forts physiquement que lui. Or ici il n'y avait qu'un homme, pas frêle mais pas comparable à un musclor. Alors est-ce que cet ange se baladait tranquillement sans aucuns buts ? Non plus, il cherchait quelques choses et Pearl l'avait bien remarqué. Une supposition lui vint en tête ; est-ce que l'ange avait été lui aussi envoyé pour tuer ce traître ? Ça ne semblait pas très plausible ; ce n'était pas le genre des Ofoyiss d'employé des êtres aussi purs que les anges et d'ailleurs c'était eux-même qui ne venaient pas vers le groupe des loups. Or une autre supposition lui traversa l'esprit qui semblait plus respectable et convenable que les autres dites avant ; cet ange recherchait sûrement l'ex Ofoyiss ne sachant pas qu'il a trahi son groupe, pour le punir des actes qu'il avait fait avant.

Alors qu'allait faire la femme au sang de dragon ? Allait-elle le voir pour lui demander son aide ? Ce n'était pas du tout dans les habitudes de la jeune femme. C'était une personne solitaire qui ne demande jamais d'aide et se débrouille toute seule. Pearl après cet instant d'hésitation, décida qu'il était temps de bouger ou sinon elle allait perdre sa cible. Avant cela elle vérifia que son sabre était bien dissimulé derrière sa cape et que ses cheveux couleur lune étaient aussi mis sous sa capuche. Un pas discret et silencieux, puis un autre et ainsi de suite... La magnifique assassine sorti de l'ombre et marcha toujours dans sa démarche qui se voulait naturellement belle, mais aussi en faisait le moins de bruits possibles. Certes elle était dans le champs de vision de cet ange assis, mais il ne fallait pas en plus attirer les sentinelles qui rôdaient pas loin. Pearl savait que cet ange aux yeux bleus sombre l'avait vu, mais ce n'est pas pour autant qu'elle l'attaqua ou le tua ; non Pearl usait que de son sabre ou pouvoir de dragon pour les Ofoyiss et aussi pour ce défendre. Or là cet ange ne lui avait rien fait et serait même peut-être utile pour la jeune ravissante muette. Mais avant d'aller le voir et lui faire comprendre qu'elle voudrait savoir s'il était lui aussi à la recherche d'un homme, Pearl passa simplement à côté de lui et continua son chemin. S'il ne la suivait pas, ça voulait dire qu'il s'en foutait d'elle et donc que Pearl n'aurait pas besoin de lui pour assassinait le traître. S'il l'attaquait ou la menacerait, l'Ofoyiss se défendrait tout de suite et le tuera dans un silence des plus morbide. S'il lui adressait la parole, elle pourrait en savoir plus sur lui... Mais elle garda son tête en but : tueur une bonne fois pour tout cet homme qui avait osé trahir son clan, les loups ! Non jamais elle ne laisserait se châtiment pas puni, certes il avait souffert sous sa lame, mais maintenant il devait mourir pour le bien des Ofoyiss. C'est ainsi ; le bonheur des uns fait le malheur des autres. Il ne fallait absolument pas que quelconques informations sur les Ofoyiss sorte de sa bouche.

Pearl traversa donc la rue où était assis l'ange, mais elle avait quand même ralenti un peu sa cadence pour laisser à l'ange de temps de réagir et de faire son choix. La jeune femme était quand même prudente ; ça pouvait être un ennemi ! Elle avait donc une main un peu plus à l'arrière, prête à dégainer son sabre s'il le fallait. Son instinct féminin ou de dragon, lui dicta qu'il n'allait pas l'attaquer et que ce personnage allait jouer aussi un rôle dans cette nuit.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Delm
émo encapuchonné
émo encapuchonné
avatar

Messages : 251
Date d'inscription : 01/12/2010
Age : 26

Caractéristiques
RANG:
8/20  (8/20)
Or : 17500

MessageSujet: Re: Quiproquo et traître [PV Delm]   Lun 19 Mar - 12:14

Spoiler:
 

Le lourd tissu ondula l'espace d'un instant, avant qu'il ne soit ramené en arrière d'un geste délicat. Sa prise a l'air avait été brève, d'autant que la petite brise qui soufflait sur l'immense cité était grandement atténuée par les deux murs formant un angle sombre, et l'auvent qui le recouvrait, préservant la volée de marches au-dessous de lui. La capuche noire glissa sur les longs cheveux tout aussi sombres de l'être angélique, et une mèche unique flotta librement dans le vent, filin mince comme une lame qui seul découpait le regard de glace de l'ange. La peau fine de son visage délicat se plissa de quelques courbes qui trahirent sa perplexité quant au comportement de celui qu'il savait être là. Quelque part, dans les profondeurs ténébreuses des rues de Lyonna, quelqu'un se cachait. Peut-être à plusieurs allées de lui, peut-être à peine à quelques pas... Il ne pouvait pas savoir, pour la simple et bonne raison qu'il n'en avait pas la capacité. Mais cette capacité, il pouvait l'obtenir, l'espace de quelques minutes. Il appelait l'état de transe dans lequel il rentrait pour repérer les blessures « la détection magique », et cet état justement lui permettait de situer les êtres vivants de quelques mètres à plusieurs dizaines de mètres à la ronde, selon la puissance qu'il incorporait dans sa détection.

Et c'est cette action que Delm s'apprêtait à effectuer, assis sur la pierre froide de la grande cité, seul ou presque dans les rues battues par une pluie fine de printemps. Sauf qu'il n'eut pas le loisir de laisser la magie blanche s'écouler hors de son corps. A la périphérie de son champ de vision, quelque chose remua. L'ange suspendit instantanément ses préparatifs mentaux à la transe de guérisseur, préférant recentrer son esprit sur l'instant présent. Il ne bougea pas d'un pouce, tous ses sens en éveil, chaque parcelle de son corps tendue et frémissant d'anticipation, mais sans que cela ne se ressente de quelque manière que ce soit sur son allure corporelle générale. Il attendait simplement. De toute façon, il n'avait pas vraiment de pouvoir sur la situation, aussi devait-il la laisser se dérouler sans rien faire d'autre que de se tenir prêt... à toute éventualité. A vrai dire, quelqu'un se baladant seul dans les rues de Lyonna après le couvre feu n'était certainement pas un vendeur de tapis qui se serait égaré sur le chemin de sa maison. Non, ce pouvait plutôt et plus vraisemblablement être un voleur ou même un criminel traquant des âmes innocentes afin de les dépouiller de leurs biens, avant de s'enfuir... ou de les tuer. Manque de chance, Delm était une âme innocente. Mais heureusement pour lui, il n'était pas si démuni que ça, et un certain nombre de ressources lui éviteraient certainement la mort s'il se trouvait réellement devant un tueur sanguinaire. Ressources n'impliquant absolument pas le combat bien entendu...

L'ange laissa lentement l'air s'échapper de ses poumons, la clarté de ses yeux transperçant l'obscurité de son abri, ses fins sourcils froncés en une posture glaciale pouvant paraître très dérangeante voire inquiétante pour qui ne connaissait pas l'ange. Ses ailes se déplièrent instinctivement, jusqu'à ce l'extrémité des délicates plumes d'albâtre effleure les murets de chaque côté de la volée de marches. Son torse se redressa imperceptiblement, et les muscles de ses mains se contractèrent en une poigne qui transpirait la puissance. Il attendait.

A première vue, un humain. Dangereux. Terriblement dangereux. Avant même de repérer le moindre détail quel qu'il soit concernant cette présence intrigante, Delm ressentit son danger avec une telle intensité qu'il en frémit. Ce n'était pas en relation avec ses pouvoir d'ange, puisqu'ils ne lui permettaient de repérer que les démons et que visiblement ce n'en était pas un, mais dans sa manière de se déplacer, dans sa posture calculée, millimétrée, dans la façon dont le nouveau-venu mouvait ses épaules en marchant, Delm ne put s'empêcher de faire les relation avec les espions et chargés de missions discrètes qu'il avait déjà eu l'occasion de rencontrer. Que ce soit Zürn ou Yris, ils avaient tous deux cette posture caractéristique que Delm voyait chez la présence. Dans les deux cas, la soirée ne s'était pas bien terminée. Souhaitant intérieurement qu'il n'en soit rien cette fois-ci, l'ange se mit à étudier plus précisément la silhouette qu'il percevait de mieux en mieux à mesure qu'elle avançait au bout de la ruelle.

Une femme ! Rien d'étonnant. De ce qu'il avait vu, c'étaient clairement les plus dangereux des atouts des factions en guerre. Ses longs cheveux blonds tombaient en cascade le long de ses épaules d'une finesse déconcertante, sa silhouette gracieuse se mouvant comme de façon presque éphémère tant son allure était légère et aérienne. Un peu à la manière des fantômes que Delm avait pu croiser aux côtés du Blood Golem il n'y avait pas si longtemps que cela, sauf que dans le cas de la jeune fille, seule la démarche était aussi éphémère. Sa présence au contraire respirait la vie, la beauté et la puissance d'un corps sain et plus souverain qu'il n'y paraissait au premier abord.
Ce dernier détail fit lever un sourcil curieux à l'ange immobile. Tant de caractéristiques qualifiant une seule et même personne, ne permettaient finalement pas de prévoir la moindre des réactions ni des attitudes qu'elle aurait. La posture d'un espion, la démarche d'un être immatériel et la présence écrasante digne d'une étoile, à quoi s'attendre ?

A tout, justement. Et c'est pourquoi Delm n'esquissa pas l'ombre d'un geste tout le temps que la ravissante créature fut dans son champ de vision. Le même regard impénétrable voilà ses yeux, la même force anima les muscles de son corps, avec la même intensité. Seuls ses cheveux et les rebords sombres de sa capuche rabattue étaient animés d'un quelconque mouvement. Rien de plus.

Par contre, au moment ou ses yeux ne furent plus capables de distinguer l'étrange jeune fille, tout son corps se redressa d'un seul et unique mouvement, aidé par une simple poussée d'ailes blanches. Ses pieds, qui s'étaient levés de quelques centimètres, retombèrent sur les dalles humides avec un petit frottement à peine perceptible, et il se mit en marche. Efficacement. Il dévorait la distance qui le séparait de l'inconnue en s'aidant de ses ailes, avançant aussi silencieusement que rapidement. Lorsqu'il fut à moins de dix pas d'elle, il ralentit la cadence. Chose qu'il n'avait pas remarqué à première vue : elle était armée, et même bien armée. Inutile de se faire découper en deux juste parce-qu'il s'était trop approché... Il resta donc à une distance respectable de la seule personne qui semblait capable de l'aider en ce moment, et prit la parole d'une voix basse et sombre.

« Vous le cherchez vous aussi. »

Volontairement énigmatique pour qui ne saurait pas de qui il parlait, ce n'était pas formulé comme une question. Il n'y avait que deux issues possibles. Soit elle acquiesçait, soit elle l'attaquait et le tuait. Et l'une n'empêchait malheureusement pas l'autre. En silence, Delm resserra les pans de son manteau contre lui, ses ailes se repliant lentement en un écran protecteur éphémère. Il se préparait au pire.

Mais il s'attendait au mieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neigedargent.forum-pro.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quiproquo et traître [PV Delm]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quiproquo et traître [PV Delm]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» trouver les trous lors du traçage des zones !
» Juste un petit quiproquo, rien de bien grave.
» Ni faibles, ni traîtres...
» Avis : Blasius Rudiger alias le Déchu
» Altercation entre la Garde et les sentinelles [affaire à suivre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Strange-Evil :: Tyrian :: Lyonna :: Les Rues de la Ville-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit